Le Coin du PSG

Le Coin du PSG

L'Allégorie de la Corde.

(Cette théorie que j'ai élaboré a pour origine une vive déception ressenti après le match nul du PSG contre le Benfica Lisbonne survenu le 17 mars 2011. Toutefois le contenu ne date pas entièrement du jour même, j'ai du le développer par la suite. Notons que ma carrière de supporter parisien (en cours depuis 6 ans) a été ma principale source d'inspiration pour cette théorie ainsi que son origine, avec le match contre le Benfica inclus . Vous constaterez que le contenu de cette théorie est fataliste et morbide, il faudra donc le prendre au second degré.)

 Comme vous pouvez le voir, j'ai appris UNE chose avec le temps: En effet cher lecteur, j'ai pu apprendre au fil des temps que le malheur est la règle; et que le bonheur devient du malheur lorsqu'on se met à l'espérer ce bonheur, et comme il devient du malheur, il vient confirmer par conséquent que le malheur est donc bien la règle.

 Effectivement, plus nous espérons le bonheur, plus nous serons dans le malheur et plus nous serons dans le malheur et plus nous espérons le bonheur. Et oui, la vie est, hélas, principalement composé de ce cercle vicieux qui guette notre existence telle une proie sitôt qu'elle voit le jour, et se renforce au fur et à mesure que le sujet grandit, lorsqu'il prend conscience de son existence, se met à disposer de son autonomie et de sa conscience morale. Car le sujet grandissant sur le plan psychique devient donc plus exposé à ce danger tel par exemple, un être vivant aux radiations de la ville fantôme de Pripiat, que Tchernobyl a tant et si bien irradiée que la pauvre cité ukrainienne ne devra mettre environ que 48 000 ans à s'en remettre (Et oui, même les villes ont droit au malheur).

 Mais revenons à cette conscience du sujet que nos amis Descartes, Kant, Hegel et Freud ont si bien élucidés par le passé. Il faut savoir que ces chers philosophes ont cependant ignorés que le cercle vicieux de la désillusion auquel je vous fait part ne fait qu'être attiré par cette fameuse notion existentielle, celle qui fait prendre conscience au sujet de sa raison de vivre, sa capacité de réflexion et de son existence. Plus notre conscience grandit, plus le malheur en question se fait important et plus le malheur est important et plus notre conscience grandira (professionnalisation des litiges). Grandira? Oui, dans le sens ou elle devra atteindre petit à petit son summum en terme de lucidité lorsque le sujet se rendra compte tôt ou tard que toutes les espérances concédées par le passé ont fait l'objet du rassasiement du cercle vicieux orchestré par la négation.

En effet car SI, je dis bien SI le sujet parvient à atteindre le bonheur, celui-ci sera tôt ou tard contré, fauché, ou anéanti sans délais, et cela de quelque manière que ce soit, laissant libre court à l'imagination du malheur. Ce qui poussera le sujet à vouloir rebondir dans une autre issue qui, quitte à ce que ça soit tardif, sera saigné par ce collier de ronces spirituel. Par conséquent, ce malheur là qui est la norme réapparaitra en plus fort, car plus dure sera la chute comme on dit. Et cela jusqu'à la résignation mortelle.

 Il est à déduire ici que le sujet pourra alors prendre conscience que le malheur est maître de lui et que le bonheur ne pourra jamais prendre sa monopolisante place. Cette frustration parfois répétitive est donc à l'origine de bien des désespoirs au sein de l'humanité, car cela dépend de quelle manière profite le malheur de cette place et de quelle façon elle entretient le cercle vicieux dont il est question. Le malheur use parfois de l'abus de pouvoir auquel nous ne pouvons dans la plupart des cas malheureusement rien y faire pour le punir. Ce qui amènerait alors le sujet, à commettre l'irréparable...

 Par conséquent, le titre de la théorie dont je vous fait part peut bien vous paraître suspect, puisque je l'ai baptisé L'Allégorie de la Corde.

Oui la corde, car le fait de mettre fin à ses jours est hélas la bien triste finalité que notre boucle sournoise recherche, mais n'avez vous pas également remarqué que la corde de pendaison dispose pour enfiler notre tête, d'un cerclage qui pourrait bien en ces circonstances ressembler physiquement au cercle psychique vicieux qui se veut de détruire l'homme? D'autant plus que cette même forme ronde de la corde se charge de contenir notre cou et qui à ce moment là a le pouvoir de sceller le sort du malheureux, tout comme ledit cercle vicieux qui peut également nous faire chavirer vers la mort de par son fondement vicieux une fois que le sujet ne peut plus faire face à la spirale infernale, auquel il est soumis et qui par conséquent "perd pied".

Perd pied? mais oui, comme le sujet lorsqu'il passe à l'acte quand il fait tomber le support auquel il avait pied et qui entraîne par conséquent la mort immédiate du désespéré, la corde lui brisant le cou.

 N'y voyez vous pas là également une coïncidence symbolique? En effet, le sujet sitôt qu'il se retrouve "au bout du rouleau" (ledit "perd pied") passe à l'acte et file donc vers l'Au-Delà. (la corde) Ici alors la pendaison vient couronner cet enchainement mortuaire  en représentant matériellement (et fatalement) son déroulement." Le matériel parachève le spirituel."

 Je déduis ici alors que l'Allégorie de la Corde consiste en la domination flagrante du malheur ponctué par la déception qui signifie la convoitise infructueuse du bonheur ou une fin brutale de celui-ci. Et c'est ainsi que se forme le fameux cercle vicieux qui hante l'existence humaine jusqu'à ce que mort s'en suive. Par cela le malheur devient alors, dans ces circonstances, le Maître de l'Homme pouvant manipuler le bonheur comme un miroir aux alouettes servant à distraire le sujet afin de sévir de manière imprévisible, inattendue et brutale tel un fauve sur une proie insouciante, et cela parfois sans prévenir. De tel sorte à ce que ces tourments prennent la forme d'une spirale infernale et d'un étau qui se resserre au fur et à mesure de son déroulement.

Nous pouvons constater à ce propos que si ce cercle vicieux recherche la mort, c'est par la pendaison qu'elle s'identifie. Leur structure mortelle disposant tous 2 d'un certain jumelage tant sur le plan matériel que spirituel. En effet, puisque la corde étranglant la victime est froidement représentative du cercle vicieux psychique détruisant l'homme dans son esprit, et cela jusqu'au désespoir et à la mort.

Cet acte, signe alors le point final, de L'Allégorie de la Corde.



23/07/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres